AURAN
Enquête sur le vécu et la perception de la densification urbaine

Dans le cadre de son programme partenarial de travail avec Nantes Métropole, l’AURAN nous a confié la conduite d’une enquête auprès des ménages résidant dans les quartiers de l’agglomération nantaise ayant connu une forte densification urbaine au cours des deux dernières décennies.

L’enquête avait pour objectifs d’évaluer le degré d’acceptation de la densité des habitants d’un territoire, d’identifier les conditions de cette acceptation, et de dégager les leviers d’actions sur la thématique de la densification pour le développement et l’aménagement du territoire de l’agglomération nantaise.

D’un point de vue méthodologique, 1 300 ménages habitant Nantes Métropole ont été interrogés par téléphone, parmi lesquels : 1 000 résidant au sein de zones où la densification urbaine a été vive au cours des dernières années et 300 résidant au sein de zones où la densification a été modérée.

Le repérage des zones s’est effectué à partir des bases cadastrales. Cette maille territoriale ne permettant pas de disposer de données de caractérisation sociodémographique, le plan de sondage de l’enquête a été élaboré à l’Iris, maille plus large permettant de s’adosser sur les données du Recensement de la Population fournies par l’Insee. Ce passage cadastre / Iris a nécessité la mise en œuvre d’une typologie des Iris selon qu’ils correspondent majoritairement à un secteur de forte densification, de faible densification ou bien à un secteur mixte.

Ainsi, la représentativité de l’échantillon interrogé a pu être assurée sur les critères de type de résidence (maison / appartement), statut résidentiel (propriétaire / locataire du parc privé / locataire du parc social / autre), âge et catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence du ménage.

En complément de l’échantillon principal de 1 300 ménages, un sur-échantillon de 450 ménages résidant au sein de ZAC a été enquêté. Ces ménages ont été identifiés à partir d’une base à la rue.